Mieux intégrer les aînés dans la communauté favorise leur bien-être et leur santé

La professeure-chercheure Mélanie Levasseur reçoit plus de un million de dollars pour développer un ensemble d’outils favorisant la participation sociale des aînés.

Visiter des proches, sortir pour marcher avec un ami, participer à un loisir : à un âge avancé, un aîné sur quatre aimerait participer à plus d’activités, mais n’y arrive pas. La professeure-chercheure du Centre de recherche sur le vieillissement (CdRV), Mélanie Levasseur, a reçu une subvention de plus de un million de dollars des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC - Fondation) pour développer un ensemble d’interventions bien ciblées qui faciliteront la participation sociale des aînés et contribueront à leur bien-être.

« La participation sociale, c’est-à-dire le fait de sortir de chez soi pour participer à des activités sociales ou de loisirs, compte parmi les principaux facteurs protecteurs du maintien du bien-être et de la santé. Il faut donc trouver des moyens de soutenir nos aînés pour qu’ils aient une vie sociale active. »

Mélanie Levasseur, professeure-chercheure au CdRV, CIUSSS de l’Estrie – CHUS -- professeure à l’École de réadaptation de la Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke

« Près d'un aîné sur trois en ménage privé vit seul. Il est primordial d’identifier les caractéristiques environnementales qui favorisent le plus un vieillissement actif et en santé, ainsi que de soutenir des projets favorisant la participation sociale et l’intégration communautaire des aînés. »

Dre Mélissa Généreux, directrice de santé publique, CIUSSS de l’Estrie – CHUS. » 

« Ce programme de recherche illustre de façon exemplaire comment la recherche, le réseau de la santé et des services sociaux ainsi que les organismes communautaires peuvent contribuer ensemble au bien-être des aînés et à leur vieillissement actif en santé. »

Pre Nicole Dubuc, directrice du CdRV

« La santé d'une personne ne dépend pas seulement des aspects médicaux mais de tout ce qui peut contribuer à son bien-être et favoriser sa vie active. »

Pr Jean-Pierre Perreault, vice-doyen à la recherche et aux études supérieurs, Faculté de médecine et des sciences de la santé, Université de Sherbrooke

Pour en savoir plus :

 


Plus de sujets