Maltraitance et intervention policière : un nouveau modèle déployé à Montréal

À partir du mois de mai, l’ensemble des policiers du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) appliqueront le modèle Intervention policière auprès des aînés maltraités (IPAM). Ce modèle s’appuie sur les résultats d’une importante recherche-action menée depuis 2013 par la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées dirigée par la chercheure Marie Beaulieu.

En réseau

La Chaire de recherche a collaboré étroitement avec la Section recherche et planification du SPVM. Grâce à ces travaux, l'ensemble des policiers des postes de quartier et des centres d'enquête du SPVM sont désormais mieux outillés pour prévenir, détecter et rapporter des cas de maltraitance envers des aînés, intervenir et assurer les suivis auprès des victimes, référer celles-ci aux ressources appropriées ou les accompagner à travers le processus judiciaire.

Les policiers appliqueront une nouvelle approche qui consiste à traiter tous les cas de maltraitance envers les personnes aînées, qu'ils soient de nature criminelle ou non. Grâce à la collaboration des intervenants du milieu, les victimes aînées seront prises en charge au sein du réseau public et communautaire, de la santé et des services sociaux. « Le modèle a été développé, implanté comme projet pilote et évalué pour produire, à la fin, un modèle de pratique policière pérenne qui peut être adapté à d'autres services policiers », dit la chercheure Marie Beaulieu.

IPAM

Des résultats…

Depuis mai 2015, ce modèle s’est progressivement implanté au sein du SPVM. En moins d’un an, les bons coups des policiers de Montréal se sont multipliés sur le terrain. Comparativement aux pratiques d'autres corps policiers canadiens, le modèle IPAM propose le développement d'une culture organisationnelle pour lutter contre la maltraitance envers les aînés dans l'ensemble du Service. Il ne requiert pas la mise sur pied d'une unité spécialisée. Ce modèle peut s'appliquer à d'autres services de police ainsi qu'à d'autres problématiques sociales qui nécessitent la concertation des efforts de nombreux intervenants, en santé mentale ou face à de la violence intrafamiliale, par exemple.

… exportables

C'est pourquoi la Chaire de recherche et le SPVM comptent faire connaître le modèle IPAM à la communauté scientifique et aux autres corps policiers. Ce modèle figure d’ailleurs déjà dans le Rapport mondial sur le vieillissement et la santé de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) de 2015, cité en exemple parmi les initiatives du Québec, à l'intérieur du chapitre intitulé « Next steps ».

Le modèle IPAM découle de l'analyse de 10 collectes de données, effectuées en 2013 et 2014, à l'égard des pratiques policières existantes qui avaient du succès (au Québec, au Canada et ailleurs dans le monde), des pratiques actuelles des policiers du SPVM et des besoins qu'ils identifiaient. L'équipe de recherche a analysé 160 articles scientifiques et ouvrages gouvernementaux. Elle a consulté 46 services de police, 32 partenaires et 807 policiers du SPVM.

En tenant compte des résultats de cette vaste étude, le SPVM a produit des outils tels que des capsules de formation, un mode de fonctionnement, une procédure d'intervention auprès des aînés ainsi qu'un aide-mémoire destiné aux patrouilleurs et aux intervenants pour détecter des cas de maltraitance et référer des ressources aux victimes. Ces outils servent principalement à encadrer le travail des policiers et à les aider à intervenir plus efficacement auprès de personnes aînées en situation de maltraitance.

Ce projet a bénéficié d’un investissement de 700 000 dollars du gouvernement canadien, dans le cadre du programme Nouveaux Horizons pour les aînés. La chaire de recherche bénéficie d’un 50 000 $ additionnel pour diffuser le modèle et le proposer à d’autres villes qui seraient intéressées par le projet IPAM.

 Source : Communiqué de la Ville de Montréal

 

Photo du haut, de gauche à droite:   Michelle Côté, cheffe de la Section de recherche et planification du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM); Didier Deramond, directeur adjoint du Service de police de la ville de Montréal (SPVM); Jean-Yves Duclos, ministre de la Famille, des enfants et du développement social (gouvernement fédéral); Denis Coderre, maire de la Ville de Montréal; Anie Samson, présidente de la commission de la sécurité publique et vice-présidente du conseil d’agglomération de la Ville de Montréal. Au micro : Marie Beaulieu, titulaire de la Chaire de recherche sur la maltraitance envers les personnes aînées.

Pour en savoir plus :

 

 

 

 


Plus de sujets